Author Archives: Microlys

  • 0

[TEST] Boîtier PC Zalman ZM-Z1 : la qualité au meilleur prix

Category : Édito , Vidéos

Bonjour à tous. Cette vidéo vous propose de découvrir le boîtier PC Zalman ZM-Z1. Avec un prix oscillant entre 30 et 45 euros, ce boîtier offre plutôt de belles prestations compte tenu du prix maîtrisé. On apprécie le montage rapide sans vis sur les lecteurs 5’1/4, la présence de rails pour les disques durs, l’emplacement SSD ainsi que la conception globale et la finition plutôt honnête. Seul regret inhérent à de nombreux boîtiers : on aurait apprécié de disposer de deux ports USB3 en façade.


  • 0

[Tuto] Modifier le port du « Bureau à distance » (RDP) de Microsoft

Category : Édito

Dans ce tutoriel, nous verrons comment modifier le port d’écoute du « Bureau à distance » (ou RDP, pour remote desktop protocol) de Microsoft.
Cette manipulation est très utile pour compliquer le travail des hackers qui recherchent prioritairement une faille sur le port d’écoute standard. Ou plus simplement pour contourner une restriction excluant le port standard 3389. Par exemple, avec les connexions Free FTTH en ZMD (Zone Moyennement Dense), sur une IP partagée entre 4 utilisateurs, la freebox est parfois limitée à une plage de ports (ex. ports 16384 à 32767).



Modification du port d’écoute (23389 au lieu de 3389)


  1. Dans le menu démarrer, tapez « Regedit »



  2. Cliquez droit puis choisissez « Executer en tant qu’administrateur »

  3. Cliquez sur « Oui » pour ouvrir l’éditeur de base de registre

  4. Ouvrez la branche HKEY_LOCAL_MACHINE > SYSTEM > CurrentControlSet > Control > Terminal Server > WinStations > RDP-Tcp



  5. Choisissez décimal, et ouvrez modifiez le port d’écoute RDP pour le remplacer par celui voulu.

  6. Cliquez OK, puis redémarrez la machine.

Configuration du Firewall de Windows


  1. Ouvrir le menu démarrer.

  2. Dedans, taper « pare feu » et ouvrez le programme « Pare-feu Windows Defender »



  3. Dans le menu de gauche, en bas, choisir « Paramètre avancés »



  4. Cliquer droit sur « Règle de trafic entrant » puis choisir « Nouvelle règle… » dans le menu.



  5. Choisir « Port » puis cliquer sur « suivant »



  6. Indiquer le port 23389, puis cliquer sur « Suivant »



  7. Choisir « Autoriser le connexion »



  8. Laisser les 3 cases cochées puis cliquer sur « Suivant »



  9. Dans la case « Nom », tapez le initiales RDP, et validez avec « Terminé ».



  10. Tout est terminé. Vous pouvez fermer toutes les fenêtres ouvertes.

Configuration du client :



Précisez simplement le nouveau port après : dans votre client RDP.

Ci-dessous, exemples sous Windows :


  • 0

[TUTO] Accès distant avec DWService : configurer l’ordinateur cible (Windows)

Category : Édito , Vidéos

Dans cette vidéo nous voyons ensemble comment configurer un ordinateur cible devant être contrôlé à distance par un administrateur / assistant informatique.

NB : Pour suivre ce tuto, vous devez disposer d’un code d’installation DWS.

1) Télécharger DWS :

-Lien pour Windows : http://depannage-informatique-lyon.com/Softs/dwagent.exe
-Lien pour MacOS : http://depannage-informatique-lyon.com/Softs/dwagent.dmg

-Si problème avec les liens ci-dessus, téléchargez le programme ici : : https://www.dwservice.net/fr/download.html

2) Exécuter et installer le programme DWS en utilisant votre code d’installation personnel.

En cas de difficultés, consulter le tutoriel YouTube ci-dessous depuis votre mobile, par exemple.


  • 0

Facebook piraté : 50 millions de comptes potentiellement touchés déconnectés

Category : Édito

Le célèbre réseau social américain a été victime d’une attaque informatique ce vendredi. Voici ce qu’il faut savoir.

Facebook a été victime d’une attaque informatique de grande ampleur s’appuyant sur une faille de sécurité inscrite en dur dans le code du site Web du célèbre réseau social. La faille en cours de résolution touchait une fonctionnalité nommée « Aperçu de mon profil », destinée à vérifier ses paramètres de confidentialité.


Facebook

Une fois exploitée, cette faille permettait aux pirates d’accéder au « Token » (littéralement, jeton) stocké dans la machine cliente (PC portable, smartphone, etc.). C’est ce même « Token » qui évite de devoir reconnecter son compte systématiquement à chaque fois que l’on souhaite utiliser Facebook.

Par mesure de sécurité, Facebook a déconnecté 50 millions de comptes ce vendredi 28 septembre 2018.

Retrouvez tous les détails relatifs à l’attaque sur le site du Monde en cliquant sur le lien suivant :

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/09/28/facebook-une-faille-de-securite-concernant-des-dizaines-de-millions-de-comptes-decouverte_5361846_4408996.html?


  • 0

Comment activer sa licence G-Data ?

Category : Édito

Cette procédure vous explique pas à pas comment activer votre licence sur l’antivirus G-Data. Au besoin, vous pourrez également télécharger le logiciel en vue de l’installer, ou le réinstaller.

NB : En cas de besoin d’installer ou réinstaller le programme, téléchargez le logiciel en cliquant sur ce lien : http://my-esd.com/0MF7D. Pour tout problème dans le cadre d’un renouvellement facturé par Microlys.com, merci de nous contacter.

  1. Ouvrez G-Data en double cliquant sur l’icône du logiciel (G rouge en forme de bouclier) à droite de votre écran dans la barre des tâches.
  2. (Facultatif si première étape OK) Si cette icône n’est pas affichée dans la barre des tâches, tapez G-Data dans le moteur de recherche de Windows pour trouver et ouvrir le programme.

  3. Cliquez sur « Données d’accès » au milieu en bas de la fenêtre du programme.

  4. Cliquez sur « Activer la licence en haut à droite »

  5. Copier la clef d’enregistrement que vous avez reçu par email (effacé partiellement dans cet exemple).

  6. Collez-la dans la fenêtre d’activation de licence et saisissez les informations nécessaires.

  7. Cliquez sur le bouton « activer maintenant ». Tout est terminé.

 

 


  • 0

Disk Inventory X : libère de l’espace disque sur MacOS !

Comme son nom le laisse présager, Disk Inventory X est un logiciel de visualisation d’occupation de disque aussi excellent que gratuit ! Il permet d’afficher en un clin d’œil la liste des fichiers et dossiers les plus volumineux. Une fonctionnalité redoutable pour qui souhaite effectuer un bon nettoyage de printemps sur MacOS !

Cette vidéo vous propose de découvrir un utilitaire aussi sympathique que gratuit nommé Disk Inventory X. Le concept est le même que celui de Treesize sous Windows, ou Disk Usage sur Android (voir ce tutoriel : https://youtu.be/UGYl80g3iJA ).

> Télécharger Disk Inventory X pour Mac OS (gratuit) <

Après un bref scan (durée fonction des performances, du volume, et du nombre de fichiers contenus dans votre disque), Disk Inventory X liste l’ensemble des fichiers et dossier en les classant par taille. Il suffit alors d’ouvrir les plus gros dossiers à la recherche de fichiers pouvant être supprimés. Simple comme bonjour, mais diablement pratique !

 


  • 0

Windows 7 : Microsoft ajoute 3 ans de support, mais…

Category : Édito

Cette nouvelle ne concerne pas les particuliers, mais plutôt les entreprises désireuses de conserver leurs installations Windows 7. En effet, ces dernières pourront obtenir des mises à jour de sécurité pour trois ans de plus, jusqu’en janvier 2023. Mais il y a un revers de médaille…

Il est d’ailleurs prévu que Windows 7 quitte le support étendu d’ici janvier 2020.

Cependant, les mises à jour de sécurité étendues (ESU, ou Extended Security Update) auront un coût par périphérique. Le prix des ESU augmentera également chaque année.

Les ESU sont disponibles pour les clients Windows 7 Professionnel et Entreprise dans le cadre du programme de licences en volume de Microsoft (cela ne concerne donc pas les particuliers).


Les clients bénéficiant d’une assurance logicielle Windows et d’abonnements Windows 10 Enterprise et Education bénéficieront d’une remise non spécifiée pour les ESU, selon Microsoft.

L’achat des ESU signifie que Windows 7 permettra aux clients de continuer à exécuter Office 365 ProPlus, entièrement pris en charge jusqu’en 2023.

Microsoft a également prolongé le cycle de mise à jour de Windows 10 pour les entreprises et les clients éducatifs, à la suite de commentaires demandant plus de temps pour la gestion des modifications.

Les mises à jour de fonctionnalités actuellement prises en charge pour les éditions Windows 10 Enterprise et Education versions 1607, 1703, 1709 et 1803 seront désormais prises en charge pendant 30 mois à compter de la date de publication initiale.

À compter de la version 1809 de Windows 10 qui doit sortir ce mois-ci, les futures mises à jour des fonctionnalités seront également prises en charge pendant deux ans et demi, afin de permettre aux clients de disposer de cycles de déploiement plus longs.

À partir de mars prochain, Windows 10 Entreprise et Éducation passeront à une cadence de mise à jour semestrielle, à partir de la version 1903. Le cycle de support de 18 mois s’appliquera également aux versions de Windows 10 Home, Pro et à la suite de productivité Office 365 ProPlus .

Microsoft est également revenu sur sa décision de l’année dernière de réserver l’accès aux services cloud Office 365 aux seuls les clients disposant d’un support grand public Office 365 ProPlus ou les clients Office 2019.

Les utilisateurs d’Office 2016 peuvent maintenant continuer à se connecter aux services Office 365 jusqu’en octobre 2023, a déclaré Microsoft.


  • 0

Google Chrome change de look pour ses 10 ans : rétrospective !

Category : Édito

Depuis sa sortie le 2 septembre 2008, Google Chrome arborait la même interface. 10 Ans plus tard, Google offre un petit coup de jeune à son navigateur fétiche avec des contours adoucis rappelant les interfaces de Firefox et Opera. L’occasion pour nous d’évoquer quelques souvenirs du contexte de publication de la toute première version de Google Chrome !

> Téléchargez Google Chrome sur Windows et MacOS dans notre logithèque

Nouvelle interface de Google Chrome

Ancienne interface de Google Chrome

 

Souvenir des origines…

C’est finalement assez discrètement que Google a publié la première (encore au stade bêta) de son navigateur. À l’époque, on pouvait déjà déceler l’énorme potentiel de ce logiciel pour plusieurs raisons.

La première concerne la rapidité d’exécution fulgurante par rapport aux autres navigateurs de l’époque. En effet, avant la sortie de Google Chrome, Internet Explorer (Microsoft, intégré sous Windows) et Firefox se disputaient les principales parts de marché.

Par rapport à Chrome, ces deux navigateurs faisaient figure d’usines à gaz peu réactives. Sur les machines de l’époque, il fallait attendre quelques secondes pour voir ces programmes s’exécuter quand Chrome s’ouvrait instantanément. Chrome s’ouvrait aussi rapidement que le bloc note de Windows, soit l’application la plus légère intégrée nativement au système de Microsoft.

En fait, dès sa sortie, Chrome battait Firefox sur son propre terrain. Explications : avant l’arrivée de Chrome, on pouvait saluer l’ascension rapide et l’adoption massive de Firefox, le navigateur de Mozilla. Par rapport au vieillissant Internet Explorer, Firefox apportait la gestion native des onglets (eh oui, pour Internet Explorer il fallait ajouter une extension MSN pour en disposer…), et faisait la part belle aux (très nombreuses) extensions développées par la communauté.

Mozilla Firefox se montrait également bien plus réactif qu’Internet Explorer. Et même si cela n’est pas nécessairement objectif, Firefox disposait d’une meilleure cote de confiance concernant la protection des données personnelles, par opposition au navigateur proposé par une multinationale (Internet Explorer).

Mais Chrome chamboula cette donne…

Firefox était plus rapide qu’Internet Explorer ? Chrome bien plus rapide de Firefox. Mais même si les performances sont importantes, elles ne font pas tout. En effet, Google Chorme battait également l’un des points forts de Firefox à savoir : la simplicité de l’interface.

Chrome arbore une interface dépouillée et immédiatement prête à l’emploi. Le navigateur de Google s’avère très simple à utiliser, et donc à la portée de n’importe quel néophyte.

Et, grosse innovation : Chrome, c’est aussi les requêtes Google tapées directement dans la barre d’adresse du navigateur en lieu et place de l’URL rébarbative et impitoyable (un caractère faux = erreur 404).

Sans oublier la gestion des différents onglets par process séparés, si bien que si une page plante, elle n’entraîne pas l’ensemble du navigateur et des autres onglets dans sa chute !

Pas forcément parfait au début
Pourtant, avec les premières bêtas de Chrome, tout n’était pas rose. Bien que relativement stable, le navigateur de Google n’était pas encore compatible avec tous les sites existants.

Ironie du sort, désormais, Chorme fait plutôt figure de maitre étalon pour certains  site Web.
Autre inconvénient des premières versions : les extensions n’étaient pas supportées. Problème corrigé : on trouve désormais foule d’extensions sur le Chrome Web Store.

https://chrome.google.com/webstore/category/extensions?hl=fr

Enfin, au rang des inconvénients des origines, notons l’absence pure et simple de version Mac. Ce n’est qu’en mai 2010 qu’est sortie la première version stable de Chrome sur Mac et Linux.

Le paradoxe Android
Sous Android, Google intégrait un navigateur sobrement nommé… Navigateur. Après la sortie de Google Chrome sur Windows, il a fallu attendre plusieurs années pour que Google se décide enfin à porter son navigateur fétiche sur son propre système d’exploitation mobile ! Et plus encore pour l’intégrer par défaut ! Car quelques années après la sortie de la version Android de Google Chrome, Google s’obstinait toujours à intégrer « Navigateur » par défaut sur Android. Il fallait donc systématiquement passer par le Play Store (anciennement Android Market) pour installer Google Chrome sur son mobile !

Présent
Désormais, Google Chrome est disponible sur l’ensemble des principaux systèmes mobiles et desktop. À l’heure où ces lignes sont tapées, d’après Wikipedia, Google Chrome revendique une moyenne de 60 % de parts de marché tous navigateurs confondus (source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mod%C3%A8le:Parts_de_march%C3%A9_des_navigateurs_web ).
Mozilla Firefox n’est plus que l’ombre de lui-même, écrasé par une lourdeur qui semble s’empirer de version en version.
En parallèle, Microsoft se débat tant bien que mal en essayant de forcer l’utilisation de EDGE (qui donne une impression de poussiéreux Internet Explorer renommé) via une intégration toujours plus contraignante sous Windows 10. Par exemple, EDGE est le lecteur par défaut des fichiers PDF après installation de Windows 10. On regrette aussi le message Windows indiquant que EDGE est plus performant que Chrome lorsqu’on veut choisir Chrome comme navigateur par défaut.

Tout n’est pas forcément rose avec Chrome
Nous l’avons vu plus haut, sur un plan purement technique ou en termes de fonctionnalités, Google Chrome est tout simplement inattaquable. Reste que Google oblige, Chrome pose toujours la question de l’exploitation des données personnelles, et de la protection de la vie privée. En attendant un éventuel leak, la réponse à cette question reste bien gardée dans les couloirs du géant de Mountain View.


  • 0

[TUTO] Samsung Galaxy : trier ses photos par lieux GPS dans la galerie

Category : Édito , Vidéos

NB : Vidéo en mode portrait visible en plein écran sur votre mobile.
Bonjour à tous. Dans ce tutoriel, on voit ensemble comment classer ses photos par lieux (géolocalisation) dans la galerie photo d’un smartphone de type Samsung Galaxy.

Il faut dire que la manipulation n’est pas vraiment intuitive. En effet, une fois un album ouvert, l’interface permet uniquement d’effectuer un tri par date de création ou date de modification, mais pas par lieu géographique.

Pourtant, cette fonction est bel et bien disponible, comme nous le verrons dans ce présent tutoriel.

Attention, pour que ce tutoriel fonctionne, il est impératif d’activer la géolocalisation dans l’application photo du téléphone. Sans cela, les photos ne sont pas géotaguées, ce qui rend impossible leur classement par lieu.

Rappelons également que la précision sera aléatoire. La mesure géographique est relativement fidèle lorsque le mobile s’appuie sur les données du dispositif GPS intégré. Mais en raison de la lenteur ou difficulté de fix des données satellites, le mobile a parfois recours aux informations de positionnement de la triangulation GSM. Si l’obtention de cette donnée est instantanée, elle s’avère nettement moins précise que les informations GPS.


  • 0

[TUTO] Synchroniser Google Photo avec un NAS Synology

Category : Édito , Vidéos

Dans ce tutoriel, on voit ensemble comment envoyer automatiquement ses photos depuis un NAS de type Synology vers un stockage cloud de type Google Photo.



Avantage de la manipulation :

Il n’est plus nécessaire de laisser tourner un PC en permanence pour uploader ses photos. Bien sûr le NAS devra fonctionner pendant l’upload, mais cet appareil est beaucoup moins gourmand en énergie qu’un ordinateur, et est spécialement conçu pour fonctionner sans interruption.

 

Pourquoi un tuto ?

Parce que Cloud Sync (l’application de synchronisation Cloud) ne propose malheureusement pas nativement de synchronisation avec Google Photo. L’astuce consiste donc à envoyer les fichiers sur Google Drive dans la mesure où cette synchronisation est proposée nativement par Synology. Ensuite, il faudra effectuer quelques réglages sur le compte Google Drive, mais aussi Google Photo histoire de faire communiquer les deux espaces cloud de Google.

 

Pourquoi Google Photo n’est pas supporté par Synology ?

L’absence de synchronisation native des NAS Synology avec Google Photo a une explication. Les choses ne sont pas si simples qu’avec un upload classique. En effet, Google Photo propose une option bien connue permettant de disposer d’un espace de stockage photo et vidéo illimité et gratuit. Seulement voilà, cette fonctionnalité alléchante est conditionnée par l’optimisation des photos et vidéos lors du transfert. Comprenez que Google compresse vos fichiers afin d’économiser un maximum d’espace de stockage sur leurs serveurs.

 

Ce traitement des fichiers est opéré par l’application de Synchronisation de Google disponible pour Mac, Windows, mais aussi Android ou iOS (mobile Apple). Pour que la fonctionnalité soit supportée par les NAS, il faudrait donc que Google porte son programme sur nos serveurs de stockage préférés, ce qui n’est probablement pas près d’arriver.

 

L’inconvénient qui en découle :

En s’appuyant sur ce tuto, ce sont donc des fichiers originaux qui sont envoyés vers Google Drive, et donc vers Google Photo. Cela aura pour inconvénient de grignoter l’espace de stockage gratuit du compte Google associé (15 Go). Car seuls les fichiers optimisés par Google ne sont pas décomptés de l’espace de stockage Drive.

 

Une solution au problème ?

Lors de mes recherches, je suis tombé sur un topic très intéressant sur les Google Groups. En particulier grâce au post d’un certain noel155 que je salue au passage (https://productforums.google.com/forum/#!topic/forum-de-discussion-google-plus/052NUKRb7mM) . Sa manipe semble fonctionner, mais elle est trop complexe. Et surtout, n’est pas automatisable, raison pour laquelle je ne l’ai pas intégrée à ce présent tutoriel. Je laisse son post si dessous. Si vous parvenez à trouver une solution pour mixer les deux méthodes, et automatiser un envoi gratuit et illimité, un partage par le biais des commentaires sera la bienvenue! Ci-dessous le copier-coller du poste de noel155 :

 

noel155 a dit :

Le vendredi 25 septembre 2015 10:56:26 UTC+2, ∙•●Eric31●•∙ a écrit :

Vous ne profiterez pas de l’espace illimité de Google Photos en passant par Google Drive.

 

Le stockage gratuit des photos ne concerne que les photos mises sur Google Photos en « haute qualité ».

 

Eurêka ! J’ai une solution qui semble opérationnelle !

 

Partant du constat que les montages automatiques réalisés par Google Photo avaient pour effet d’intégrer complètement les photos de Google Drive vers Google Photo, j’ai donc cherché comment intégrer de la manière la plus efficace possible les photos présentes dans Google Drive VERS Google Photo. Google Photo étant paramétré pour stocker les photos en « haute qualité » afin de profiter du stockage illimité.

 

La solution la plus simple pour intégrer les photos consiste donc bien à passer par la création d’Albums Google Photos à partir des photos présentes.

 

Donc, si vous transférez des photos en passant par Google Drive, et les intégrez dans Google Photo en profitant du stockage illimité, le processus complet est le suivant :

  1. Configurez Google Photos pour voir les photos présentes dans Google Drive (via les paramètres de Google Photos ==> « Affichez les photos et les vidéos de Google Drive dans votre photothèque. »)
  2. Dans les paramètres de Google Photo, sur « Taille de transfert des photos et vidéos », choisissez  « Haute qualité (espace de stockage gratuit illimité) Bonne qualité visuelle avec une taille de fichier réduite »
  3. Si vous avez plus de 15GO de photos à transférer, il sera mieux de souscrire un abonnement 100GO chez Google. Vous pouvez souscrire à cet abonnement juste avant d’atteindre les 15GO d’upload. Dans mon cas, j’avais plus de 57GO de photos à transférer.
  4. Transférez les photos vers Google Drive : dans mon cas, à partir de mon NAS Synology à l’aide de Cloud Sync.
  5. Dans Google Photos, sélectionnez vos photos, et placez-les dans des albums que vous créez. Le processus est facilité par la possibilité de sélectionner en un seul clic toutes les photos affichées et regroupées par jour de prise de vue, ou bien de sélectionner la première photo, puis la dernière en appuyant sur la touche MAJ. Cette action a pour effet d’intégrer les photos dans Google Photo. Lorsque les albums photo existent, les photos affichées sont celles de Google Photo et plus celles présentes dans vos répertoires de Google Drive. Dans mon cas, je crée un album par année (je n’ai pas terminé, car j’ai des milliers de photos).
  6. Quand vos albums sont créés, vous pouvez supprimer vos répertoires photos de Google Drive, sans oublier de vider la corbeille : Les photos étant maintenant intégrées, elles ne seront pas supprimées de Google Photo, et cela même si vous supprimez vos albums Google Photo par la suite. Dans mon cas, j’ai fait le test sur les 3 années où j’avais le moins de photo afin de ne pas refaire un upload important au cas où ma méthode n’aurait pas fonctionné. Ça a fonctionné !
  7. Quand vous avez vidé Google Drive, vous pouvez résilier votre abonnement 100GO si jamais vous avez eu besoin d’y souscrire pour transférer vos photos.

 

Remarques :

  • Manipuler des albums avec un grand nombre de photos :
    • la création de l’album Google Photo échoue. Je n’ai pas trouvé la limite, mais ça marche au moins jusqu’à 500 photos sélectionnées. Pour un gros album, si vous dépassez la limite, il va falloir ajouter les photos en plusieurs fois.
    • A la suppression, c’est pareil : impossible de supprimer un album qui contient trop de photos. Il faut sélectionner les photos par paquets de plus ou moins 500 photos, de les supprimer, et à la fin de supprimer l’album.
  • Processus de traitements internes Google :
    • Vu ce que j’ai constaté dans les corbeilles de Google Drive et de Google Photo, lorsque vous demandez à exécuter une action dans Google Drive ou Google Photo, vous pouvez parfaitement reprendre la main sans que l’action demandée ne soit terminée. Quand vous déclenchez une tâche sur un grand nombre de photos, il est fortement probable que l’action se déroulera encore lorsque vous reprendrez la main. Donc laissez passer du temps avant de supprimer définitivement vos répertoires de Google Drive : on ne sait jamais !

@Google, ce sont des super idées, des super logiciels, mais ça manque de tests et de mises à jour une fois une première version déployée. Également, les choix en termes d’ergonomie sont souvent très discutables.

 

Voilà ! En espérant que cette expérience sera utile à d’autres… 🙂